L’amour maternel, c’est…

Capture d'écran 2018-02-14 10.10.07.png

L’amour maternel, c’est se faire défoncer le périnée par un beau jour de juin, puis sans rancœur, 8 ans et demi plus tard, se lever à l’aube un dimanche pour passer la journée dans un gymnase pour une compétition d’escrime.

Ne rien comprendre aux règles, s’extasier à contre-temps, avoir mal au ventre, deviner les larmes derrière le grillage du casque, avoir envie de la remettre dans le ventre au chaud, à l’abri des fleurets et de la peur d’échouer, acheter des hot-dogs trop chers.

Consoler maladroitement sa fille qui a perdu tous ses matchs, puis quelques minutes après l’entendre dire : « Finalement c’était trop bien, j’ai battu celle qui voulait pas que je participe. » Demander : « De qui tu parles ? Qui voulait pas que tu participes ? »

Entendre « Moi. J’avais une voix qui me disait que j’arriverai jamais à participer, et finalement j’y suis allée, alors je l’ai battue. »
Etre prête à recommencer tous les week-ends du monde. Ou disons 1 sur 2. Le dimanche après-midi, de préférence.

Une réflexion sur “L’amour maternel, c’est…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s