En moi, constamment le souci que l’autre soit bien

Capture d'écran 2018-02-14 10.17.01.png

L’#extraitsdunion du jour vient du livre que j’ai le plus aimé, le plus lu, et le plus offert. C’est simple, en 125 pages, tout est dit de l’amour. C’est dit avec beauté, poésie, cynisme, humour, bienveillance, tristesse, amertume, ironie, tendresse, c’est dit par une succession de petites phrases, citations, réflexions, choses vues et entendues, et à chacune d’entre elles c’est le même émerveillement. Disons pour résumer que si ma vie avait duré deux jours et que j’avais eu à coeur de rencontrer très vite des gens que j’aime, le matin du premier j’aurais envoyé ce livre au monde entier, accompagné d’un petit mot : « s’il vous a touché, rendez-vous ce soir tous ensemble pour ma dernière soirée. » Et on se serait tous retrouvés, un peu gauches, un peu timides, on aurait mangé des noix de cajou aux truffes (on ne se refuse rien quand on va mourir demain), et en quelques heures, grâce à ce subterfuge, je peux vous assurer que j’aurais trouvé à la fois l’amour et l’amitié.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s