Avant le 20, c’est trop tôt

Capture d'écran 2018-02-14 10.19.15.png

Avant le 20, c’est trop tôt. Apres le 23, trop tard. Il faut que tout soit encore possible, mais rien encore consommé.
Alors je prends le métro, le train pour Rouen puis le parent, et le lendemain à 9h45 je m’installe dans le même bistrot, à la même table, tous les ans.
Je commande un café allongé, j’allume une cigarette en me souvenant que l’année d’avant je m’étais promis que la prochaine fois ce serait sans, et Noël commence, enfin.
Il commence au moment précis où téléphone à la main, il dit « du coup pour votre mère on fait quoi ? », et le petit effroi dans ses yeux de réaliser que les enfants ont déjà fait quelque chose de leur côté.
Au moment précis où celui-là passe avec son sac Darjeeling, il a déjà hâte d’être au 26, au soir.
Au moment où elle, dans sa poussette, ne croit pas encore au père Noël, et vit par procuration l’excitation de ses parents qui disent que « maintenant qu’il y a la petite, Noël c’est important. » Au moment où il cherche un cadeau pour sa fille de 11 ans qu’il voit un week-end sur deux, qu’il réalise qu’il ne sait pas grand chose de ce qu’elle aime, et qui décide que cette année, les deux jours où il l’aura, il lui demandera qui est son chanteur préféré et lui racontera ses premiers pas.
Au moment où cette mère et cette fille adolescente marchent à distance respectable parce que ce matin ça a crié un peu, on ne sort pas en décembre avec les cheveux mouillés, et à mesure qu’elles progressent dans la rue les cheveux sèchent et la distance fond, jusqu’à ce que leurs mains se trouvent, comme quand elle avait 4 ans.
Au moment précis où ils passent, bras dessus bras dessous, il n’aimait pas Noël il y a 30 ans mais il a fini par aimer ce qui la rendait si gaie.
Au moment précis où j’en suis au 3eme café, et que cette fébrilité revient comme tous les ans, sans que je sache si c’est l’effet de la caféine ou celui de tous ces gens qui, en dépit de ce qu’ils pensent du petit Jesus, de la famille ou de la société de consommation, sont rattrapés par un truc plus grand que tout ça, et qui m’a tout l’air de ressembler à de la tendresse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s