« Soirée SOS Médecins… »

Hier soir, 21h. Je m’apprête à vivre le plus beau moment de ma journée : celui de ma première bouchée de pâtes boursin-thon, devant une redif de Confessions Intimes. J’ai faim, j’ai hâte, je trépigne, d’autant plus que ça fait trop longtemps que ça ne m’est pas arrivé, 24 heures environ.

Au moment où ma bouche s’approche délicatement de ma fourchette, coup de sonnette à la porte.

Soupir.

C’est les filles de ma voisine, âgées de 7 et 14 ans.

A tous les coups, elles ont besoin de sel, je me dis. Ou peut-être de crème ou de beurre.

A en juger leur mine déconfite, elles en ont VRAIMENT besoin, je me dis.

– Camille ça va pas du tout, il y a mamam qui fait un malaise.

– Ah ?

– Tu peux venir ?

– Vous me laissez 10 minutes et je suis là.

– Non, tout de suite s’il te plaît…

J’hésite à lui expliquer le problème des pâtes froides, et celui de la sécheresse de celles réchauffées, mais je sens à leur menton qui tremble que l’heure n’est pas aux négociations.

Alors j’obtempère, et j’arrive dans leur appart.

– Salut Isa, ça va ? Je lui dis en essayant de lui faire la bise.

C’est pas simple, rapport au fait qu’elle est allongée sur le sol, face contre terre.

Elle me répond que oui, ça va, mais on me la fait pas à moi, je sens que ça pourrait aller mieux quand même.

Je lui demande si je peux faire quelque chose pour elle, lui amener un peu de sel ou de crème par exemple, elle me répond que non, ça va aller, par contre elle veut bien que j’appelle un médecin.

Ca tombe plutôt bien, récemment j’ai appris par cœur le numéro de SOS Médecins, en me disant que ça pouvait servir, pour ma fille.

Je compose le numéro.

– Domino’s Pizza bonsoir ?

Ca tombe mal le même jour j’avais appris par coeur le numéro de Domino’s Pizza, en me disant que ça pourrait servir pour moi.

Je raccroche aussitôt. Ca me rappelle la fois où j’avais raccroché au nez de SOS Médecins alors que je voulais commander une pizza. J’avais flippé comme une folle qu’ils localisent mon appel et m’envoient les urgences.

Là, au pire, ils m’enverront une margarita, je me dis. 

Alors j’envoie un texto : « supplément chèvre au cas où, bisoux. »

Puis je finis par tomber sur SOS Médecins :

– Bonjour, j’appelle pour commander un médecin au domicile de ma voisine.

– Oui, quels sont ces symptômes ?

– Elle est allongée face contre terre sur le sol.

– Pouvez-vous être plus précise ?

– Dans le couloir qui va des toilettes à la chambre de sa fille. Enfin de l’aînée, parce que l’autre dort côté salon.

– D’accord, on vous envoie quelqu’un d’ici 45 minutes.

Je suis donc allée prévenir Isa que patience, ça allait pas tarder. Elle a fait « hurmfff », et « Grhinhin » puis « blurp », plusieurs fois.

Je suis allée essayer de rassurer ses filles, en toussant et me raclant la gorge pour couvrir tant bien que mal les onomatopées de leur maman : « Bah alors c’est quoi RRRRRRRRA cette tête les filles ? On est pas HUM HUM bien là ? Ca vous dit on se commande RRRRAAAAA une HUUUUM pizzAAAAAAAA ? ».

Le médecin a fini par arriver, puis il était temps parce qu’on finissait par plus bien se comprendre, on s’entendre, je sais plus.

Puis une fois qu’il s’était occupé d’elle et qu’il m’avait expliqué que ça serait bien que je dorme avec elle, je suis juste repassée chez moi pour noter sur FB un « statut suspens », du genre de ceux que j’avais juré sur la biographie de Loana de jamais utiliser :

« Soirée SOS médecins… »

Sur mes 464 amis, 7 ont demandé ce qu’avait ma fille, 456 n’ont pas réagi.

Et 464 donc, si mes calculs sont bons, ne se sont donc pas inquiétés pour moi.

Ah oui puis il y en a un qui a « liké ».

Et mes pâtes étaient froides.

Mais isa pète la forme.

%d blogueurs aiment cette page :