Déclic et des claques

J’ai beau tenter d’éviter les clichés comme les H&M en période de dèche, je finis quand même souvent par tomber en plein dedans.

Et si tu en doutes, tu n’as qu’à relire ma première phrase.

Par exemple, l’autre jour, je me faisais la réflexion qu’hommes et femmes, on était vraiment différents.

Commence pas à te moquer, c’est pas comme si je t’avais pas prévenu. Et accroche-toi, ce n’est qu’un début.

Devant la télé, par exemple, on est définitivement pas pareils.

Et pas seulement parce que ton mec est en train de se gratter les couilles avec la télécommande pendant que tu mets à jour ton blog de scrapbooking.

L’autre grosse différence, c’est ce qu’il se passe dans nos têtes à chacun alors qu’on regarde la même émission. Ca doit être ça qu’on appelle la fracture numérique.

Mais là où le décalage est le plus grand, c’est entre ce qu’il se passe dans la tête de ton mec, et ce que tu crois qu’il s’y passe.

A côté de ça, les écarts de comptage de manifestants entre police et syndicats (même marseillais), c’est du chipotage.

Devant D&CO, tiens. Pour peu que tu sois dans un trip un peu romantique ou en pleine période d’ovulation, assez rapidement, ça va t’apparaître comme une évidence.

Il va vous imaginer, tous les deux, faire des travaux dans l’appart que vous pourriez prendre ensemble. Il va vous visualiser en train de faire une bataille de peinture, dans des cris de joie et des éclaboussures de toutes les couleurs. Il va se dire « qu’est-ce qu’on serait bien, tous les deux, dans une maison comme celle-là. » Il va se dire que c’est ça, la vie qu’il veut, et qu’il ne sait plus comment il a fait pour tenir aussi longtemps sans le réaliser. Ca va être un déclic, quoi. Et quand vous en reparlerez, au mariage de votre troisième enfant, il t’avouera : « Je sais pas si tu te rappelles, mais un jour on regardait une émission de déco ensemble. Tu ne l’as jamais su, Ô amour de ma vie, mais ce jour-là, j’ai compris : que c’était toi, et personne d’autre, que le quotidien avec toi c’est ce qui manquait à mon bonheur. Ce soir-là, ça a été une évidence : tous mes matins et tous mes soirs, je voulais que tu sois là pour les partager avec moi. »

Du coup, il règne un silence presque gêné, et t’hésites à prendre les devants pour lui dire qu’il y a pas le feu finalement, et que vous avez tout le temps.

Puis la pub arrive, et redoutant ce face à face à la charge intime si puissante, il se lève et part s’isoler quelques secondes, le temps que se dissipe ce trouble que tu sais visible sans même le regarder.

Tu ne lui demandes pas où il va, tu sais que cette révélation l’a un peu ébranlé, tout de même, et tu entends bien lui laisser le temps de reprendre ces esprits.

Après tout, vous aurez toute la vie pour en parler.

Puis en fait t’as raison, de pas lui en parler tout de suite.

Parce qu’en fait, il a juste profité de la pub pour aller pisser.

Et le seul déclic qu’il a eu, c’est que le carrelage en mosaïque imperméable et adhésif, c’est quand même un sacré progrès.

Remarque, si toi aussi t’as trouvé, ça vous fait au moins un point commun.

%d blogueurs aiment cette page :