Je crois que je me range

Je cherche le bon.

Je sais, ça peut paraître surprenant et un peu prématuré. Mais que voulez-vous, c’est l’effet hormones. Et il y en a plein qui l’ont trouvé, je vois pas pourquoi moi, j’y aurais pas le droit.

Certes, ma situation rend les choses un peu difficiles. Accueillir un enfant en même temps que la maman, ça en rebute plus d’un et ça limite les possibilités.

Mais il doit bien y en avoir un, quelque part, qui nous rendra heureuses.

Avant d’être enceinte, j’en ai connu pas mal. Des biens, des moins biens. Avec les moins biens, parfois j’ai mis du temps à partir. Je me disais que c’était mieux que rien, et qu’ils feraient l’affaire pour un temps.

Mais là, c’est plus pareil, parce qu’on est deux. Alors plus question de prendre les choses à la légère.

Depuis que je suis enceinte, je ne vous cache pas qu’il y a eu quelques rencontres. Je peux même vous avouer que j’ai été tentée, au début, de me jeter dans les bras du premier venu. La peur d’être seule, le besoin d’être rassurée, de pouvoir me projeter, sans doute.

Puis je me suis dit que je ne devais pas m’emballer. Que j’avais encore un peu de temps, quand même, avant d’être un cas véritablement désespéré.

Alors j’ai laissé allumés mes radars, et j’ai continué à cherchotter. Mais il n’y a pas eu d’évidence. En fait, si, une fois. Un presque coup de foudre. Sauf qu’il était pas réciproque, et que c’est lui qui ne voulait pas de moi. J’avais du viser trop haut, tous les deux on jouait pas dans la même cour. 

Parfois je me dis que je suis trop exigeante. Puis parfois je me dis que non. Qu’attendre d’en trouver un plutôt mignon, plutôt charmant, plutôt accueillant et plutôt facile à vivre, c’est pas la lune non plus.

Le problème, c’est que ceux-là ne sont plus libres, forcément. Et que ceux qui sont pas pris, bah ce sont les autres. Ceux qu’ont trop vécu ou pas encore assez, ceux qui sont surement charmants, mais pas très engageants, ceux qui ont trop de caractère, ou pas assez.

Du coup moi et ma bosse on accumule un peu les déceptions. Il paraît que c’est quand on cherche le moins qu’on trouve, mais on fait comment quand on a vraiment envie ? On fait semblant que c’est pas vrai ?

Je crois plus vraiment au coup de foudre. Puis plus vraiment à mes critères non plus. Je me dis que s’il existait, celui qui y répondait, je l’aurais déjà rencontré. Alors je laisse venir, et je laisse leurs chances à ceux qui rentrent pas dans mes cases. Peut être qu’à défaut de fusionner, on apprendra à s’aimer.

Bordel je me rappelais plus que c’était si prise de tête, de trouver un appart.

Kmille, en mode un-F3-à-300-euros-c’est-quand-même-pas-compliqué

%d blogueurs aiment cette page :