Heureusement qu’on a pas (tout à fait) réussi

« Deviens qui tu veux être » ça sonne tellement bien que ça pourrait faire un slogan CK one où la fille dirait ça avec l’accent anglais sur un fond noir et blanc, ou même un pseudo msn d’ado du genre ///LoOOoVe yOOuuU ArE FlOwErS In ThE AiR%%:d///xxxJeAlOuS BaBy))XXMaIs POuRqUoI La SOrCieRe eSt eLlE Si MEchAnTE?? ^^^:D/// DeVieNs Ki Tu Ve AiTre

Devenir qui on veut être c’est un peu le must de la tendance, comme avoir un ami homo ou un tee-shirt Obama. Heureusement qu’on est pas trop tendance quand même. C’est vrai quoi, vous imaginez la loose si on était ce qu’on avait rêvé d’être quand on était petits ?

Déjà, tous les mecs seraient pompiers et toutes les filles seraient princesses ou maîtresses. Sauf moi, je serai libraire. Au moins ça serait pratique, j’aurais pas de concurrence. Et je pourrais fournir les écoles, qui seraient nombreuses, forcément.

J’aurais la jambe dans le platre, des lunettes et un appareil dentaire. Une vraie bombe, quoi. Et un mari courageux. Et pompier, forcément.

J’exercerai ma profession à Bois-Guillaume, près de Rouen, charmante bourgade sans âme qui vive sauf celle des derniers survivants de ma famille.

Mais en vrai, j’habiterai une ferme dans le Sud. Ce qui serait particulièrement pratique pour les allers retours, avec mes béquilles. D’autant plus que j’aurais 6 enfants, dont trois paires de jumeaux.

Habillés pareil, par deux, les enfants. Et avec des prénoms de jumeaux : Léo et Léa, Cléo et Cléa, et Théo et Théa.

Les prénoms chouettes ça serait une affaire de famille d’ailleurs, puisque je m’appelerais Ludmilla.

J’habiterais avec mes parents, ma meilleure amie Manouche et les siens, de parents. Je pense que ça serait vraiment la grosse marade. Et que nos maris, collègues de casernes, seraient les hommes les plus heureux du monde.

On serait mariées avec nos pères, mais ça dérangerait pas particulièrement nos mères. Qui seraient donc en même temps belles-mères et grands-mères de nos enfants, eux-mêmes à la fois demis-frères/soeurs et enfants de nous-mêmes.

Kmille, évidemment-ils-seraient-pas-handicapés-et-tous-très-bien-dans-leur-peau

%d blogueurs aiment cette page :