Super Nanny, c’est moi

Me voilà de retour les amis ! « Sur » Paris, sur mon blog, dans la place (tout baaaaaigne).

Avant de vous raconter mes vacances, il faut que vous sachiez.

M6 vous ment.
La télévision vous ment.
La France vous ment.

Super Nanny c’est moi.

C’est pas moi
qui le dit hein. J’aurais pas osé. Ne s’auto-proclame pas Super Nanny
qui veut, faut pas croire. C’est ma meilleure amie qui le dit, suite à
quelques jours d’observation stricte, ce week-end, de mes méthodes
éducatives. Et Dieu sait qu’elle s’y connaît puisqu’elle a quand même
réussi à pondre deux enfants en deux ans, qu’elle est donc mère de
famille presque nombreuse à 25 ans, et qu’elle flotte toujours dans son jean T36 la gueuse.

Attendez
je l’ai scotchée là. Elle qui croyait que je m’occuperai de ses mômes
comme de mes tamagotchis quand on était petites, lesquels avait avec
moi une espérance de vie de 4 heures environ, elle a eu une bonne
surprise. Elles se sont tenues à carreaux les petiotes. La petite elle
a 5 jours alors à part dormir, manger, chier ou pleurer parce qu’elle
voulait dormir, manger ou chier, elle m’a pas posée trop de problème.
C’est la grande de 16 mois qui m’a donné du fil à retordre.
Heureusement que les enfants, ça me connaît.

Face à son
indifférence après que j’aie reçu un méchant et douloureux coup de
latte dans l’oeil lors d’une partie de guili qui dégénère : « Tu m’a
fait très mal tu sais. Et en plus c’est ta faute si la mère de Bambi
elle est morte. »

Lors d’une promenade en poussette :
« Mamaaaaaan ? Mamaaaaan ? »
– « Non maman elle est partie et elle reviendra plus, elle en avait marre que tu pleures tout le temps. »

En montrant du doigt le voisin de 85 ans et en criant très fort : « Papaaaaa ? »
– « Oui c’est papa mais faut surtout pas le dire au mari de maman. »

En m’agenouillant et en la regardant bien dans les yeux jouer avec son biberon, comme le conseille Super Nanny,:
« Ecoute-moi trésor : si tu te renverses encore une fois de l’eau sur
toi je te fais sécher par les pieds sur le fil à linge pendant deux
heure en plein cagnard c’est compris mon amour ? Vas y chiale, tu pisseras moins. »

Après 10 minutes de tentatives pour lui donner la dernière bouchée :
« Tu finis ton assiette ou j’appelle Marc Dutroux ? »

A l’heure de l’histoire, juste avant de faire dodo :
« Et il fait quoi le chien ? »
« Wouaf wouaf ! »
«  Et le chat ? »
«  Miaou miaou ! »
«  Et la vache ? »
« Meeeuh meeeeuh ! »
«  Et le chamois du Jura ? »
« … »

J’aurai pu parler aussi de ses petites joues toutes
chaudes après la sieste, de nos danses enflammées dans le salon sur un
air de Mano Solo, des fois où elle se blottissait dans mes jambes pour
lire une histoire et où j’espérais qu’il reste encore plein de pages,
de ses sourires qui valent toutes les couches sales du monde, ou de sa
petite sœur qui tenait dans une seule de mes mains et que j’aurai bien pris dans ma poche pour la ramener à Paris, mais ça aurait été un peu trop fait pub Pampers.

Kmille, en mode à-vot’-service-si-vous-avez-besoin-de-conseils-pédagogiques

Nota Bene : Aucun enfant ni animal n’a été maltraité durant cette expérience. Le tout s’est même déroulé sous l’œil horrifié émerveillé de la génitrice.

%d blogueurs aiment cette page :