Je suis vraiment pas radine

C’est même pas par principe de vie genre « ouais de toute façon l’argent c’est fait pour être dépensé » ou autre « à quoi ça sert de travailler si on peut pas se faire plaisir ». Non, moi c’est juste parce que je suis une grosse flemmasse.

Vous voyez, à l’heure qu’il est par exemple, je suis dans le train. Je suis arrivée à la bourre à la gare, et je n’ai pas eu le temps d’acheter de billet. J’aurai été quelqu’un de raisonnable et d’intelligent, j’aurai pris le train suivant. Non, déjà, je serai pas partie de chez moi 20 minutes avant l’heure de départ du train, sachant que je mets 20 minutes pour y aller. Enfin bon en même temps si on commence comme ça on a pas fini, parce que j’aurai pu aussi pas fumer la dernière cigarette avant de partir, ou me coucher 10 minutes plus tôt hier, ou pas faire de sieste avant-hier. Et à ce moment-là on a qu’à dire aussi que mes parents auraient pu s’y prendre 5 minutes plus tôt ce soir de 31 décembre 1982, et que si j’ai pas pu prendre de billet, c’est surtout la faute à leur dernier coupe de champagne.

Bref, les faits sont ce qu’ils sont. Je suis partie à la bourre et j’ai pas eu le temps de prendre mon billet. J’aurais donc pu me dire : « saperlipopette nom d’un petit bonhomme en mousse, je vais être obligée de prendre le train suivant ».

Bah non je me suis dit nique tout je monte quand même.

Une fois que je suis entrée dans un état de sudation intense dans le train et que j’ai trouvé une place, il y a un monsieur qui a dit dans me micro que si on avait pas eu le temps de prendre de billet il fallait le dire avant toute opération de contrôle.

Moi j’ai entendu le message du contrôleur, et j’ai même pas cillé. Trop chiant d’aller les chercher à l’avant ou à l’arrière du train, trop gênant de demander à mon voisin de se lever encore une fois, trop casse gueule de marcher quand le train est en route. Bref, trop chié la bite. En mousse.

Et pourtant je le sais bien que tout ça ça va me coûter facile 50 euros. Soit 20 de plus que si je me bougeais les fesses pour aller voir le contrôleur. Et 36 de plus que si j’avais pris le train suivant (ou que mes parents n’avaient pas bu la dernière coupe de champagne).

Je vous vois venir avec vos gros sabots : « Mouaaaarf j’hallucine, kmille, comment elle se la pète, elle jette torp de l’argent par les fenêtres, c’est bien parce qu’elle n’a jamais été dans la merde, sinon elle saurait ce que c’est que de manger du pain rassis à tous les repas et de dormir sur une paillasse et d’avoir des belles-filles trop méchantes qui s’appellent Javotte et Anastacie, et elle se bougerait le fion pour y aller, prévenir le contrôleur.

Détrompez-vous les amis, c’est pas une question de fric à profusion. Loin s’en faut. C’est un mode de vie. Involontaire et con, mais un mode de vie.
Ca vous est jamais arrivé de vous dire, « je donnerai tout pour… » ? A part « je donnerai tout pour rencontrer kmille en vrai » hein, ça, ça compte pour du beurre.

Moi ça m’arrive souvent. Genre, « je donnerai tout pour un verre d’eau ». Ou « je donnerai tout pour ne pas avoir à aller chercher le contrôleur ». Sauf que moi, je le fais. Attention, si on me demandait en échange de donner mon corps à la science ou au contrôleur, je réfléchirai quand même. Quoi que, ça dépend du contrôleur.

Autre exemple : je suis prise, comme d’une envie de faire pipi, d’une envie de boire une bière en terrasse. Je suis avec des amis, 14, en tout. Oui, je suis très entourée. Mais tous fauchés, les copains. Déjà sur le principe, j’ai dû mal à comprendre qu’on puisse pas dépenser 5 euros pour boire un verre. Mais soit. Vous pouvez être sure que je vais proposer de payer une tournée. Ca va me coûter bonbon cette affaire, mais je m’en fous, j’aurai eu ma bière en terrasse.

Ou genre je dois acheter un parfum . J’ai une réduction dans une boutique, à 10 minutes de chez moi. Je vias être foutue de l’acheter sur le net avec les frais de port en plus ;

Je me dis à chaque fois que c’est pas grand chose, tout ça, mais je me demande combien je gagnerai, par mois, si je faisais le minimum à ce niveau-là. Et bah vous savez quoi, je pense que je pourrai désodoriser mes toilettes au Numéro 5 de Chanel.

Kmille, en mode no-limite

%d blogueurs aiment cette page :