Hier soir

Hier soir, s’est déroulé au Printemps de la Mode un after work pour journalistes branchées auquel j’étais donc tout naturellement invitée.

En gros, le principe, c’est de se retrouver après le travail, comme son nom l’indique. Si ça s’appelait before holidays, ça serait pas la même chose si tu as bien suivi.

J’y suis allée avec deux copines, dont une qui s’habille comme un cul. Heureusement que la seconde rattrape largement la donne. Bref, la première, comme un cul je vous dis. Mais un cul moche, attention. C’est dommage, elle a plein de qualités. Mais vraiment, elle s’habille comme un cul. Du coup, quand elle m’a demandé comment elle devait venir, je lui ai gentiment dit que c’était comme elle sentait, mais que si elle pouvait éviter le tee-shirt à strass « kiss me » avec les grosses lèvres dessinés dessus, je ne lui en serai que plus reconnaissante.

Elle a pas tardé à me répondre. 

« T’inquiète il est dans le carton pour la foire à tout celui-là *. Mais j’en ai un « j’aime la bite » qui fera l’affaire »

Après, quand tu est bien passée pour une abrutie dans le métro en te marrant toute seule, tu arrives au rendez-vous.

Comme d’habitude, tu es à l’heure. Comme d’habitude, les autres sont à la bourre. Surtout celle qui s’habille comme un cul. Elle a dû se faire des amis dans le métro grâce à son nouveau tee-shirt, tu te dis.

Mais comme attendre, c’est comme répéter quand on te dit « heeein ? », t’aimes pas bien ça, tu décide d’entrer, et de lui envoyer les infos pour qu’elle te retrouve : « On est rentrées, rejoins-nous. 6ème étage, Printemps de la Mode. Pour qu’ils te retrouvent sur le listing, tu dis que tu es une amie à moi, que je suis journaliste. Puis, tu donnes le mot de passe, « j’aime le cul », et tu meugles deux fois. »

La pauvre Lilou n’était pas au bout de ses peines.

Parce qu’après t’arrives, tu raques 20 euros, tu demandes un cocktail (en prononçant bien cocktèèèèèïïïïl), et tu t’en mets plein la panse, en profitant en même temps des nombreux ateliers.

Manucure, maquillage, et voyance. Alors évidemment on a voulu aller taquiner la carte de tarot. Depuis le début de la semaine, on se disait qu’on saurait ce soir le nom du futur père e nos 6 enfants dont deux jumeaux.

On aurait mieux fait de se faire faire un smocky eyes.

Ma pote Léo a apparemment pas bouclé la boucle avec son ex, mais elle n’arrive pas à savoir lequel. La pauvre voulait un nom, une date, je sais pas moi, au moins un numéro de téléphone ou un groupe sanguin.
Ma pote Lilou veut un homme un vrai, mais pour l’instant c’est mort pour elle « car un homme un vrai veut une femme une vraie »
Et moi en retournant les cartes elle a poussé un cri de désespoir, avant de dire « bah dis donc vous êtes pas sortie d’affaire ».

Kmille, en mode je-vous-emmerde-Irma

* Si vous faites un tour du côté de Rouen dimanche prochain, vous aurez peut être la chance de tomber sur le fameux tee-shirt, à la foire à tout de Mt-St-Aignan. Vous verrez, il est sublime.

%d blogueurs aiment cette page :