Du bon usage de la chianterie dans le couple

J’en avais déjà parlé, mais en ce moment ça me perturbe cette histoire de chianterie dans le couple.  Et la dernière fois j’avais un tout petit peu exagéré sur le côté chiant des filles chiantes.

Mais dans mon entourage j’ai plein de copines qui sont chiantes juste ce qu’il faut. Et plein de copains, et c’est là que ça se complique, qui échangeraient ce côté chiant de leur nana pour rien au monde.

D’ailleurs je me faisais une réflexion .
Imaginez un mec qui dit à sa nana « Qu’est-ce que tu peux être chiante ».
Ca passe tout seul. Comme si c’était un compliment presque. Parce qu’avoir un caractère bien trempé, c’est un peu comme avoir un meilleur ami homo, c’est le dernier accessoire à la mode.

Imaginez la même scène, le même mec, la même nana, sauf que cette fois il lui dit : « qu’est-ce que tu peux être conne. » Ou « qu’est-ce que tu peux être moche. »

Là, bizarrement, ça passe vachement mois bien.

Conclusion : être chiante, contrairement à être conne ou être moche, c’est pas vraiment un défaut.

C’est même plutôt une qualité. Mais à manier avec précaution attention. C’est pas moi qui le dit, c’est Clément, mon meilleur ami pas homo.

J’en parlais avec lui hier, en déjeunant. Il me disait « C’est super d’être chiante, mais le risque c’est d’être relou. »

Je lui ai répondu « passe moi l’eau, mais d’abord je veux bien la carafe. »

Après, je lui ai demandé où elle était la nuance.

Pour toi lectrice, qui comme moi rêve d’être chiante sans être relou, la voilà la nuance.

Il m’a expliqué qu’être chiante, c’était pas être hystérique, mais être exigeante.

Il m’a dit aussi qu’il y avait rien de plus insupportable que d’avoir l’impression que sa nana faisait trop de concessions, et qu’elle finissait par céder sur des choses qui lui étaient essentielles.

Pas « sa » nana à lui, mais les nanas en général. Parce que « sa » nana à lui, justement, elle est pas de celles-là.

Et c’est ça qui lui plaît, à lui. La certitude que sa nana ne veut pas revoir ses exigences à la baisse pour rentrer dans ses possibilités à lui.

Ce qui fait qu’il est du coup toujours tiré vers le haut, et qu’il sent qu’il a quelque chose à conquérir.

Ca doit être des vieux restes de l’époque où le mâle conquérant prenait son bâton et ses poils pour aller conquérir.

Ca doit les exciter quelque part les hommes, de pas être en terrain conquis.

Pour moi, au début, être chiante, c’était être hystérique. Genre : « aaaah mais putain mais c’est pas possiiiible ! T’as vu comment t’as mis les sets de taaaaable ! Non mais ça fait 15 fois que je t’expliiiiique ! J’ai l’impression que quand je parle c’est comme si je pissais dans un violoooon ! »

Mais de toute façon j’ai pas de sets de table, parce que j’ai pas de table, et le jour où un homme met le couvert, moi je pique pas une crise, je le demande en mariage.

Grâce à mon ami Clément, je sais que ce n’est pas vraiment ça. Sauf si vraiment pour moi, c’est important que les sets de table soient bien mis. Là oui, ça passe. Mais sinon ça casse.

Parce qu’il m’a dit ça aussi. La chose qui est encore plus énervante qu’une nana qui fait trop de concessions, c’est une nana que s’efforce de gueuler, juste pour montrer qu’elle sait être chiante. Il paraît que ça se sent en fait. Que si tu gueules pour un truc qui te tient pas vraiment à cœur, tu passes fissa de la nana chiante à la nana relou. Et conne et moche en plus peut être (Nico, si tu me lis, je sais, le cumul de mandat c’est ma blague préférée, promis demain j’arrête)

Finalement tout est bien qui finit bien. Gueuler c’est trop tendance, mais juste pour ce qui nous énerve vraiment. Les filles, c’était bien la peine de se faire chier pendant des années.

J’ai décidé de me garciser, mais juste ce qu’il faut.

Je vous tiens au courant. Et je compte sur vos conseils ou vos mises en garde.

Kmille, en mode je-commence-aujourd’hui-attention-ça-va-chier

%d blogueurs aiment cette page :