Mais qu’est-ce qu’il m’arrive ?

Pour ceux qui ne le savent pas, j’ai une vie de débauche. Je fume trop, je bois trop, je sors trop, je mange trop de pâtes, et mon secret pour garder la forme c’est les légumes et le sport : jamais l’un, et encore plus jamais l’autre.

Depuis quelques jours je comprends pas ce qui m’arrive.

Le soir j’ai envie d’une soupe au velouté de tomates. Genre celle que j’ai acheté un jour lointain où j’avais eu la bonne idée d’aller faire les courses après une orgie de beurre aux pâtes. La même que je promène de déménagements en déménagements parce que « on sait jamais un jour je pourrais avoir envie d’une soupe », mais qui sert de cale-étagère depuis qu’elle est entrée dans ma vie.

Ca y est, je l’ai bue. Et j’ai même pris mon pied figurez-vous.

Hier matin je me suis levée et j’ai eu envie d’un pamplemousse. Je vous jure. Un pamplemousse. Jaune avec l’intérieur rose. Sain et frais. Avec du jus quand on plante la cuillère, et même pas de nutella dessus. Je me suis tapée 12 étages (6 aller, 6 retour) pour aller en acheter un.

Ca fait quatre jours que j’ai pas bu une tasse de café. Je bois du thé maintenant. Deux tasses, pas plus. Avec le sachet qu’on trempe dans l’eau chaude. Qu’on laisse infuser et qu’on retire. Même que je pense que je vais acheter des infusions.

Du coup je fume moins. Et je commence même à trouver ça chiant la cloppe. Ou plutôt ridicule le fait de pas pouvoir s’en passer.

L’autre jour une copine m’a proposé d’aller faire de la gym suédoise. Et bah figurez-vous que j’ai hésité avant de dire non.

Et ce n’est pas tout les amis. Voilà deux jours que je me fais une salade le midi : carottes rapées, coriandre et pois chiche, goûtée un soir de beuverie chez Miss Paslignac en personne. 

Faut que je fasse attention quand même, je pourrais presque arriver à mes 5 fruits et légumes par jour.

Kmille, en mode maman-sors-de-ce-corps

%d blogueurs aiment cette page :