kmille va « au » coiffeur

L’autre jour je suis allée chez le coiffeur.
Et je me disais en me regardant dans la glace : c’est fou ce qu’on peut être moche chez le coiffeur.
Le peignoir blanc conjugué au néon blanc qui vous fait un teint entre le blanc fluo et le vert anis. Les cheveux mouillés peignés en arrière, qui font ressortir vos yeux de bovins. Et le pire c’est qu’on a pas d’autres choix que de se regarder dans la glace. Un face à face terrible entre vous et vous.

Mais avant il a fallu passer par la case shampoing, la tête en arrière à fixer le plafond. Oh mais dis donc qu’est-ce qu’on le cheveu abîmé. On va faire un petit soin ? Non on va faire juste un shampooing et on va éviter de se faire baiser comme la dernière fois où on a payé 15 euros un masque qu’on a jamais demandé (et dont on avait absolument pas besoin vu l’éclat et le tonus de note chevelure. Ou pas.)

Là en général elle vous demande 20 fois si ça va la température de l’eau. « Oui c’est parfait » que vous lui répondez 20 fois. Par contre peanuts pour le sèche-cheveux qui vous crame le cuir chevelu. Il vous reste plus qu’à souffrir en silence, et à prier pour qu’elle l’approche pas trop près et qu’elle fasse vite. Pour le reste, vous pouvez vous brosser Martine.

A propos de brosser, je sais pas vous mais moi il y a un problème que j’ai toujours. Est-ce ça vous le fait aussi, vous (les filles surtout), que quand elle coiffe vos cheveux mouillés, son ciseau butte contre vos oreilles et elle est obligée de faire une rotation du poignet pour dévier la trajectoire ?

Je me suis toujours demandée si c’était un mouvement rotatif classique, ou si les gens qui me coiffaient l’expérimentaient avec moi. Pourtant on peut pas dire que j’ai les oreilles décollées. Alors je ne comprends pas pourquoi ils ont l’air tellement surpris à chaque fois de trouver des oreilles à cet endroit-là.

A ce stade, où elle vous laisse cheveux et bras ballants devant votre glace, le temps d’aller faire la couleur à M’dame Michu, ce qu’il y a de bien c’est que vu la tronche qu’on a, c’est qu’on se dit que peu importe la nouvelle coupe, ça pourra pas être pire.

La nouvelle coupe, soit vous savez à peu près ce que vous voulez, et le résultat sera pas ce que vous attendiez.

Soit vous savez pas du tout ce que vous voulez, et il vous reste plus qu’à vous taper tous les catalogues de coiffure, dont celui des années 70 qu’allez savoir pourquoi, il ont toujours pas viré des salons.

De toute façon les catalogues moi ça me sert à rien. J’ai essayé, longtemps. Comme dans les catalogues la Redoute, je laissais un doigt à chaque page où il y avait quelque chose que j’aimais bien.
Quand j’avais plus de doigt dispo pour tourner les pages, je montrais. Et à chaque doigt le même verdict : avec la nature de votre cheveu ça rendra pas pareil.

D’abord, j’en ai pas qu’un de cheveu. Et si avec mon cheveu tu peux me faire qu’un carré, fais-moi un carré que veux-tu que je te dise.

Pendant 23 ans où on m’a donc coupé les cheveux au carré. De coups de ciseaux tellement secs que j’avais toujours peur qu’on me coupe un bout de lèvres. Maintenant je me laisse pousser les cheveux alors j’aurais plus ce problème. Ou alors ça ne sera pas les mêmes lèvres.

Kmille, en mode vous-voulez-voir-l’arrière-de-votre-coupe ?-non-merci

%d blogueurs aiment cette page :