J’ai testé pour vous le soutien-gorge à tétons intégrés

Les hommes ont des fantasmes que la raison ne connaît pas. Par exemple il paraitrait qu’ils sont super excités par une fille « qui pointe ». Sauf messieurs que quand une fille pointe dans la rue, ce n’est pas parce qu’elle est en extase devant votre carrure aussi impressionante soit-elle, mais bien parce qu’elle a froid. Finalement c’est comme si vous étiez super excités par des dents qui claquent ou des genoux qui s’entrechoquent.

Bref tout ça pour vous dire que, parce que je fais le pont, que je suis à la bourre et que je suis une grosse feignasse, vous trouverez ci-dessous un copié-collé d’un article (de moi, oui quand même faut pas abuser) paru sur le site Elle adore, qui m’a fait tester un soutien-gorge avec des gros tétons qui pointent intégrés. Compte-rendu.

En tant que journaliste consciencieuse, je commence par regarder ce que signifie Nipples, le nom du fameux modèle de Wonderbra.
Réponse du dictionnaire en ligne : mamelons. Le (té)ton est donné.

Je sors le spécimen de son sac. Il s’agit d’un soutien-gorge noir, aux bonnets moulés légèrement coqués, surmontés de deux protubérances d’un demi centimètre. Les fameux tétons, vous l’aurez deviné.

Je quitte mon soutien-gorge sans coque, sans moule et sans téton et enfile le Nipples. Et là, surprise, moi qui me consolais de la petite taille de mes seins en certifiant qu’ils resteraient hauts at vitam eternam, je m’aperçois que mes vrais tétons sont un bon centimètre en dessous de mes faux.

Soit la femme Wonderbra a le téton haut, soit je l’ai trop bas.

Mon petit haut noir à manches courtes enfilé, je m’apprête à découvrir ma nouvelle poitrine. C’est à moi ces seins-là ? J’ai l’impression d’avoir pris trois tailles d’un coup tellement on ne voit plus que « ça ». Les tétons, placés bien hauts, donnent l’impression que la poitrine tient en apesanteur.

Quand il faut y aller, il faut y aller (Ca rend intelligente et perspicace d’avoir les seins qui pointent.) Je me lance dans la jungle de la rue.

Par peur d’affronter le regard des gens, je baisse les yeux. Damne, je ne vois qu’eux (les tétons, pas les gens). Je relève alors la tête et entre dans le métro. Une femme passe son regard sur moi, le plonge dans son livre et revient vers ma poitrine. Je me dis qu’elle adore mon petit haut. Un homme lorgne mes seins par intermittence au-dessus de son palm. Je me dis que lui aussi adore mon petit haut.

Je finis par me plaquer contre la porte, dos aux gens. Je me sens comme si j’avais oublié de mettre une culotte sous une mini jupe. Ca me rappelle aussi mes rêves où j’arrivais pieds nus ou en pyjama à l’école. 

Petit café en terrasse avec une amie et son nouveau copain. Elle me demande si j’ai froid. Je n’ose pas avouer mon secret à cet inconnu assis à côté d’elle. Oui, j’ai froid. Je lui emprunte sa veste. Je suis en sueur.
J’apprends par la suite qu’il m’a trouvé très « sympa ». Coquin, va…

Après Camille et ses tétons au café, Camille et ses tétons en boîte. Là, c’est comme une soirée tee-shirt mouillé sauf que j’ai pas de tee-shirt mouillé.

C’est terriblement sexy, je dois l’avouer, mais je suis terriblement gênée d’être terriblement sexy. On vient me parler au bar, j’ai envie de dire à tout le monde qu’il y a erreur sur la marchandise.

En bref, éviter à tout prix les Nipples en boîte si c’est des amis que vous cherchez. (et évitez les boîtes par la même occasion…)

Kmille, en mode qu’est-ce-qu’-on-ferait-pas-par-amour-de-son-travail

%d blogueurs aiment cette page :