Quand je vous dis que je suis un boulet

Je me souviens de mes sabots bleus en plastique et de ma blouse blanche d’ASH (Agent des Services Hospitaliers pour les incultes), que j’enfila enfilu enfilasse tout un mois d’août 2005.

Je me souviens de mon chariot rempli de plateaux petit-déjeuner, que je trainais péniblement pour aller distribuer aux patients de ce charmant hôpital de St Denis.

Je me souviens des ardoises clouées sur les portes, sur lesquelles était indiqué ce qu’il fallait et ne fallait pas donner aux patients (oui, vous l’aurez compris, il fallait donc vraiment être con pour se tromper)

Je me souviens d’une patiente de 98 ans et demi, dans un état de vieillesse avancée, que je servais tous les matins.

Je me souviens de l’ardoise qui, ce jour là, indiquait « THE BISCOTTE »

Je me souviens avoir souri en me disant « c’est sympa à l’hôpital on se fait des petits private joke entre nous, et on met « the biscotte » au lieu de « une biscotte », c’est tellement plus funcky.

Je me souviens de ces petits emballages individuels de deux biscottes sans sel, que nous offrions généreusement aux patients.

Je me souviens être entrée dans la chambre de cette pauvre femme, avoir ouvert devant elle l’emballage de deux biscottes pour n’en retirer qu’une et lui déposer sur son plateau gris chiné avant de lui enlever son bol vide.

Je me souviens de son regard suppliant et interrogatif, et de sa voix faible me demandant : « je peux avoir la deuxième ? Et j’ai un peu soif aussi. »

Je me souviens lui avoir répondu que non, que son médecin préconisait aujourd’hui une seule biscotte. Et pas de thé.

Je me souviens avoir croisé en sortant le fameux médecin, et lui avoir lancé avec un clin d’œil complice « The biscotte hein docteur ! »

Je me souviens de son œil interrogatif.

Je me souviens d’une convocation par la responsable des ASH (Agent des Services Hospitaliers pour les incultes qui retiendraient pas ce qu’on leur dit)

Je me souviens qu’elle m’ait demandé : « Pourquoi n’avoir donné qu’une biscotte à la pauvre madame de la chambre 37 ? »

Je me souviens lui avoir répondu que sur l’ardoise il y avait marqué (en anglais d’accord mais marqué quand même) « The biscotte ».

Je me souviens qu’elle m’a répondu :  « The », avec un accent ça fait « Thé ». Elle avait droit à DEUX biscottes et à du thé.

Je me souviens vaguement de ma honte, de mes excuses à la patiente de la chambre 37, de mes explications laborieuses au docteur.

Non en fait je préfère pas m’en souvenir.

Kmille, en mode do-you-speak-wall-street-institute ? No I don’t.

%d blogueurs aiment cette page :