J’ai testé : être connue dans le métro

Pour toi, et suite à l’article paru hier dans 20 Minutes, j’ai testé être connue dans le métro. C’était pour le blog d’un jour du site de 20 Minutes, animé le temps d’un jour, comme son nom l’indique, par l’équipe de Elle adore.

Hier était un grand jour : j’avais ma tête en photo dans 2OMinutes.

Pour ne pas trop me mettre la pression, j’en ai parlé à personne (juste vite fait à ma famille, à une dizaine de collègues et à une trentaine d’amis).

Réveil à 7h pour aller chercher LE journal. Je prends mes lunettes noires, un carnet et un stylo pour les autographes, une bande pour les courbatures quand j’aurais signé trop d’autographes.
C’est parti.

Ma concierge me dit bonjour pour la première fois de ma vie (et de la sienne). Merci 20Minutes.

Plus un seul 20 minutes à ma station. Le succès est au rendez-vous. J’en étais sure.

Je descends les escaliers, tête haute. Un tapis rouge a été déroulé. Les gens se bousculent pour me voir et applaudissent chaleureusement, les yeux humides d’émotion. Je me réveille. Je m’étais assoupie dans le métro.

En ouvrant les yeux, je vois qu’une femme me regarde avec insistance. Oui madame, vous ne rêvez pas, c’est bien moi. Et en plus, je suis restée simple et je vous souris. Finalement, j’étais comme vous avant d’être connue.

Je me lève pour descendre, un jeune homme donne un coup de coude à sa copine en me montrant. Ca y est, j’ai le melon.

Je change de métro (le même, mais dans l’autre sens pour rentrer chez moi.). Sur le quai, je ne vois qu’eux. Des 20minutes partout, dans les mains de tout le monde. Un spécimen du type Brad Pitt croisé avec Jude Law est concentré sur la fameuse page.

Il entre, s’assied. Je me mets en face de lui, l’air détaché. Il me regarde, regarde son journal, me re-regarde, re-regarde son journal (je l’observe discrètement dans le reflet de la vitre).
– « Excusez-moi mademoiselle, je me trompe ou c’est vous ? »
– « C’est possible… Montrez ? Ah oui en effet, je n’étais pas au courant. »
La grande classe.

Je descends du métro. Un homme vient à ma rencontre.
– Mademoiselle s’il vous plaît ! »
Je dégaine mon bloc note pour l’autographe.
– « Vous savez comment aller à Boulogne ? »
– Vous voyez Montreuil ? Et bah c’est pas là.
Non mais…

Je sors.  Toujours pas de 20 minutes. Je croise une poubelle qui se promenait par là, affichant effrontément à travers son sac vert transparent LE journal. Je m’arrête, me penche et m’apprête à le saisir.

Une femme m’interrompt. « C’est vous la petite jeune fille de la page 6 ? Je pensais que ça payait mieux que ça d’être journaliste. » J’ai encore la main dans la poubelle.

Et un peu le rouge aux joues. Mais surtout les chevilles énormes. Et plein de nouvelles visites et de commentaires.

Kmille, en mode on-s’est-peut-être-croisés-hier

%d blogueurs aiment cette page :