Pour toi, lecteur de 20 Minutes

… Qui a peut être découvert l’existence de mon blog en lisant ton journal ce matin (Ce midi ? Feignasse…) Tu te demandes pourquoi la vache qui rit rit ? Je n’ai pas de réponses. Tu te demandes pourquoi les gens qui font la tronche dans le métro font la tronche ? Moi, si je la fais, c’est parce que j’aime pas…

… La barre poisseuse que je tiens du bout de l’ongle du petit doigt.

… Le mec devant moi qui n’avance pas dans le couloir, surtout quand je suis pressée.

… Le même qui, au moment où je m’apprête à enfin le dépasser après quelques soupirs d’énervement non dissimulés, se décale pilepoil là où je voulais aller. Juste pour m’emmerder j’ai l’impression.

… Les gens qui lisent mon livre au-dessus de mon épaule.

… Les mecs qui profitent de l’affluence pour coller leurs sales paluches sur les fesses des nanas. (Quand ça m’est arrivé pendant une minute entre deux stations, j’avais envie de pleurer j’ai crié « salaud ». Tellement bas que personne a entendu. Même lui.)

… Me prendre dans la tête la queue de cheval de la nana de devant.

… Les gens qui parlent fort dans leur portable. Ceux-là je fais exprès de me retourner avec un regard méchant.

… Quand je croise quelqu’un que j’ai pas vu depuis longtemps et qu’il me demande : « Alors qu’est-ce que tu racontes ? » Rien. Dans le métro je lis (20minutes bien sûr).

… Quand je cours, que je mets mon ticket dans la machine et que je me prends le tourniquet en plein dans le bas-ventre parce que la bande de mon ticket est démagnétisée.

… Les gens qui restent assis sur les strapontins quand c’est blindé (sauf si c’est une personne âgée, enceinte, invalide, mutilée de guerre ou les quatre à la fois)

… Quand je me lève pour descendre, que je m’aperçois que je me suis trompée, et que je descends quand même parce que j’ai trop honte de montrer que je me suis trompée. (oui je sais c’est naz)

… L’odeur de pâté qu’il y a à certaines stations, et à laquelle je ne m’habitue toujours pas. (Surtout le matin et encore plus surtout les lendemains matin de soirées difficiles)

… Les gens qui puent des dessous-de-bras, surtout quand je suis coincée entre l’aisselle gauche de mon voisin de droite et l’aisselle droite de mon voisin de gauche.

… Les gens qui ont toujours pas compris que dans l’escalator, on se colle à droite si on ne veut pas grimper les marches.

… Sentir dans mon cou le souffle chaud et humide de quelqu’un quand on est trop serrés.

… Sentir que ce quelqu’un éternue et imaginer ce que j’ai pu récupérer sur ma veste (ou dans mes cheveux).

… Les gens qui viennent demander des sous parce qu’ils sont pauvres, sourds, malades ou les trois, et qui repartent bredouilles. Ca me fait trop de peine.

… Quand je trébuche dans l’escalier en remontant les marches deux par deux. Dans ce cas-là je cours encore plus vite après pour semer ceux qui m’ont peut-être vus.

… Les musiciens qui me dédicacent leur morceau en se mettant à sautiller autour de moi pour me remercier de leur avoir donné une pièce. Je souris bêtement, je deviens toute rouge et je sors à la station suivante.

… Les gens qui veulent pas me laisser sortir et qui s’agrippent comme des naufragés à la fameuse barre toute poisseuse.

… Les gens qui râlent parce que je les laisse pas sortir en m’agrippant comme une naufragée à la fameuse barre toute poisseuse.

Kmille, en mode oui-mais-moi-c’est-pas-pareil-et-je-le-fais-pas-à-chaque-fois.

D’autres trucs qui m’énervent ici

Des aventures dans le métro

Et toi lecteur, qu’est-ce qui t’énerve dans le métro ? Lâche ton comm’ lol mdr ! jtdr

%d blogueurs aiment cette page :